Ce qui ne

Ce qui ne te tue pas... de Georgia Caldera

 

" Ce qui ne te tue pas...

Altère peu à peu ce que tu es sans aucun retour possibles,

te fissures jusqu'à te rendre sec, dur et imperméable en apparence,

mais tellement plus friable et chancelant à l'intérieur..."

 

Le résumé :

Le bac en poche, les années Lycée et leur lot de terribles souvenirs derrière elle, Violette se réjouit de pouvoir enfin tourner la page.

C'est par un déménagement et l'intégration d'une école de graphisme de renom que débute sa nouvelle vie.

Artiste dans l'âme, Violette espère se révéler et s'épanouir à Arte-Sup. Or, son bonheur a un prix : Adam, le fils de son nouveau beau-père. Car le jeune homme, aussi ombrageux qu'insaisissable, avec lequel elle va devoir désormais partager un couloir, semble la haïr par dessus-tout.

Et lui aussi étudie les arts graphiques au sein de la même formation...

 

 "  J'ignorais pourquoi il semblait toujours si triste, seul, préoccupé et mal dans sa peau,

pour quelle raison il souffrait au point d'éprouver le besoin de se causer de nouvelles douleurs afin d'oublier les anciennes.

Or, j'avais envie que cela cesse..." (Violette) 

 

Mon avis : (Coup de coeur)

Ce premier tome nous dévoile deux personnages émouvants, qui ont tous deux leurs lots de traumatismes. Adam et Violette m'ont bouleversé à tel point que je n'avais qu'une envie, c'était de m'immiscer dans le roman pour leur venir en aide.

L'écriture de Georgia Caldera est fluide, admirablement bien précise et émouvante, parce qu'elle soulève des sujets durs et tellement réalistes encore de nos jours.

Si le résumé m'a tout de suite séduite, j'ai encore plus été attirée par la photo de couverture qui est vraiment magnifique.

La relation de Violette et de Adam prend du temps à s'installer car nos deux protagonistes apprennent avant tout à se découvrir et à s'apprivoiser, ce qui n'est pas facile au premier abord.

Violette paraît sûre d'elle, mais ce n'est qu'une apparence... Elle a fui son ancienne vie, marquée par la méchanceté de ceux qu'elle pensait "ses amis", des personnes sans scrupules qui lui ont tourné le dos à cause d'une mauvaise réputation lancée à son encontre. Pourtant, Violette s'avère être une jeune femme douce et sensible, qui certe n'a pas la langue dans sa poche, mais qui ne supporte pas l'injustice. Elle a une force de détermination exceptionnelle et un coeur énorme. Son personnage m'a beaucoup plu dès le départ.

 

" Violette m'avait offert une trêve et rompu cette lancinante sensation d'infinie solitude qui cognait constamment au fond de mon crâne..." (Adam)

 

Adam est celui qui m'a le plus touché. Son passé et son présent sont très compliqués. Depuis qu'il a perdu sa mère étant enfant, il est élevé par son père qui a épousé la mère de... Violette...

A son arrivée dans leur foyer, Violette va bousculer le mutisme dans lequel le jeune homme s'est retranché depuis qu'il vit seul avec son père.

 

" Je venais d'être victime d'hallucinations, parce que ça ne pouvait pas être "elle".

La fille de Catherine, la fameuse Lily que ma belle-mère évoquait si souvent, ne pouvait être Violette...

La Violette du collège... " (Adam)

 

Après la dernière duologie de l'auteur, "Nos chemins de travers" et "Nos vagues à l'âme" qui m'avait énormément touché avec l'histoire de Louis et Emma, Georgie Caldera passe à un niveau supérieur avec Violette et Adam, dans cette nouvelle série en deux tomes.

Ce roman m'a pris aux tripes, et plus j'avançais dans ma lecture, plus je découvrais le mal qui rongeait Adam.

L'histoire se déroule donc dans un quotidien familial pas très réjouissant, avec un personnage masculin des plus torturés, et c'est peu dire.

Les chapitres s'alternent sur le point de vue des deux personnages.

On entre rapidement dans le vif de l'histoire pour comprendre le malaise qui se vit réellement dans ce foyer.

Si tout les oppose, Violette et Adam partagent la même passion pour le dessin. Dans des cours en commun, ils vont apprendre à se cotoyer et se rendre compte que finalement ils se ressemblent bien plus qu'ils ne le pensaient.

S'ils ne se supportent pas du tout dès le départ, on assiste à un virage à 180° où chacun trouvera l'épaule de l'autre pour y puiser du réconfort.

Ce qui ne te tue pas aborde des sujets lourds, des maux, des traumatismes, de la violence et un silence d'où l'espoir est un long chemin bourré d'embûches.

La fin du roman m'a laissé avec une foule de questions. Je vais donc enchaîner le deuxième volet "Ce qui nous consume", pour découvrir ce que nos deux personnages vont devoir affronter, et quelle issue l'auteur donnera à cette histoire si troublante et émouvante!

C'est un très gros coup de coeur pour ce premier volet, et un coup de foudre pour le personnage de Adam.

Je remercie Marie Foache des éditions J'ai Lu, pour le service de presse et son immense gentillesse.

 

Extraits :

" Pour rien au monde je n'aurais laissé quoi que ce soit modifier la façon dont elle me regardait depuis que j'avais eu l'audace et "l'inconscience" de l'embrasser pour la première fois..." (Adam)

 

 

" J'étais entrain de tomber violemment amoureux de cette fille que j'avais un jour tenté de haïr,

cette fille qui était mon opposé dans tellement de domaines,

trop blessée et amère pour songer à s'attacher vraiment à quiquonque,

cette fille que mon père m'avait très clairement interdite..." (Adam)

 

Lien : Ce qui ne te tue pas de Georgia Caldera